Menu

Merci de patienter pendant le chargement... Restez avec la souris dans l'image et naviguez de droite et de gauche.

La goélette Belle-Poule


La goélette Belle-Poule et la frégate La Motte-Picquet ont accosté hier. Un week-end d'escale pour fêter les 20 ans du Maillé-Brézé à Nantes.

En 1930 l'Ecole navale est " à terre " depuis 1914, année qui vit la condamnation du dernier vaisseau à bord duquel elle était traditionnellement embarquée : Le Borda. Il n'y a plus de navire à voile dans la Marine nationale, on ne croit plus aux vertus de ce mode de propulsion, la modernité est là. Les midships font leur apprentissage sur des bâtiments à propulsion mécanique.

Certains le regrettent et pensent que la voile doit être considérée comme la seule méthode efficace pour former correctement un officier, lui faire acquérir du sens marin.

En effet, le voilier, dépendant plus directement des éléments, met souvent ceux qui le dirigent dans des situations d'où ils ne peuvent se tirer sans l'habilité manœuvrière et le coup d'œil qui forment le " sens marin " indispensable à tous ceux qui se destinent à commander à la mer. Une polémique naît au sein de la Marine au terme de laquelle on s'accorde à reconnaître que la pratique de la voile, même réduite à un temps assez court, affermira les qualités du marin.

Le principe d'un voilier école étant acquis, il restait à définir ce que sera ce nouveau navire. On ne prévoit pas de long séjours à bord pour les élèves officiers , seule une partie de la promotion doit pouvoir être embarquée pour de courtes croisières aux alentours de Brest. Il ne faut pas un bateau trop grand, mais il doit rester très marin, souple d'emploi, apte à supporter les coups de vent qu'il ne manquera pas de rencontrer pendant l'hiver en Iroise, capable de louvoyer dans le goulet de Brest et de trouver refuge le cas échéant dans les mouillages et les ports bretons.

Les élèves y effectueront de cours séjours, mais à plusieurs reprises, et devront rapidement pouvoir y prendre des responsabilités.

Le choix est fait en 1931. Il y aura deux bateaux relativement modestes et la goélette "islandaise" semble répondre parfaitement au besoin.

C'est le Chantier naval de Normandie, à Fécamp, expert dans la construction des goélettes de pêche, qui construira ces voiliers. Les noms des navires sont choisis. l'un s'appellera Belle-Poule et l'autre Etoile (ci-contre, le plan de voilure initial, avec double hunier).

 

Informations supplémentaires

  • panoramas: 4
  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)