Menu

Jardin des plantes de NANTES


Les prémices du Jardin des plantes : le jardin des Apothicaires

C'est en 1687 que fut créé le premier jardin botanique de la ville de Nantes. Les maîtres apothicaires se voient confier la jouissance d'un terrain situé à l'ouest de la ville. Ce « Jardin des apothicaires » se situe alors dans le quartier Graslin. Il est cependant uniquement destiné à la culture des végétaux. Ainsi, au xviiie siècle, la ville ne comporte pas de jardins particulièrement signifiants destinés à la promenade.

Ce jardin se développe sous l'action de Pierre Chirac, intendant du jardin du Roi. Ce dernier comprend vite le rôle que peut jouer un jardin botanique qui se situe dans un port alimenté par un fort trafic de produits exotiques et qui, grâce à la Loire, permet un accès aisé vers Paris. Chirac y voit un lieu idéal pour favoriser l'acclimatation des plantes tropicales rapportées par les navigateurs de leurs lointaines escapades. En 1719, son action permet au Jardin des apothicaires de devenir un « jardin royal des plantes », subordonné au jardin du roi. Le développement de ce jardin se trouve considérablement encouragé par l'ordonnance royale prise le 9 septembre 1726 par Louis XV pour « assujettir les Capitaines des Navires de Nantes d'apporter Graines & Plantes des Colonies des Païs Etrangers, pour le Jardin des Plantes Médicinales établi à Nantes ».

Le succès de cette mesure est tel que le Jardin des apothicaires s'avère vite trop petit pour accueillir toutes les plantes. Cependant, la Révolution française survient sans qu'un autre emplacement ait été trouvé.

1793 - 1836 : la mise en place d'un Jardin des plantes à l'est de Nantes

Le 10 juin 1793, la Convention nationale prend un décret qui marque la réorganisation des jardins botaniques en France. Il y est notamment décidé la création dans chaque département d'un jardin botanique de quatre arpents.

François Lemeignen (1732 - 1803), un médecin originaire de Machecoul, se bat alors pour qu'un tel jardin soit créé à Nantes. Il propose de l'implanter dans le couvent des Ursulines fondé en 1626. Celui se trouve à l'est de la ville entre le « faubourg St Clément et celui de Richebourg, à peu de distance du cours St Pierre ». Cette proposition est retenue et Lemeignen est chargé d'en assurer l'entretien.

La création du lycée de Nantes par un arrêté du Premier Consul le 1er Vendémiaire an XII (24 septembre 1803) va rapidement conduire le Jardin des plantes à rechercher un nouvel emplacement. En effet, l'ancien couvent des Ursulines est choisi pour accueillir ce nouvel établissement scolaire.

e 26 février 1806, le préfet Belleville prend un arrêté définissant les limites du jardin botanique qui s'implante alors définitivement sur un terrain attenant à l'ancien couvent des Ursulines. Le tracé du jardin est confié à l'architecte nantais Félix François Ogée. L'apothicaire et botaniste Jean Alexandre Hectot (1769 - 1843), un ancien élève de Lemeignen, est nommé directeur de ce nouveau jardin des plantes qui a désormais trouvé son emplacement définitif.

La mise en place de ce jardin botanique est cependant problématique. Faute de moyens financiers, le jardin tombe peu à peu en décrépitude, malgré les incessants efforts d'Hectot. On lui doit notamment d'avoir planté en 1809 un superbeMagnolia grandiflora connu à l'époque pour être l'un des plus beaux du pays. Cet arbre est aujourd'hui le plus ancien du jardin.

Épuisé par les efforts qu'il a dû mener pour préserver le jardin malgré les difficultés financières, Hectot quitte la direction du Jardin des plantes en 1819. Le jardin est alors dans un état déplorable, notamment en raison de l'absence de surveillance de la part d'employés plus préoccupés de cultiver des parcelles qui leur avaient été cédées pour leur usage personnel.

Par ordonnance royale du 12 septembre 1820, Louis XVIII décide de transférer la propriété du jardin du Département à la Ville de Nantes. Celle-ci a alors comme objectif d'ouvrir le jardin au public et, devant les difficultés d'assurer les travaux nécessaires par ses propres services, elle décide d'en confier le réaménagement à un professionnel. C'est au printemps 1822 que Louis Lévêque, maire, prend les premiers contacts avec Antoine Noisette (1778 - 1858), un paysagiste parisien réputé, frère du botaniste et agronome Louis Claude Noisette. En octobre 1822, il accepte de prendre la direction des travaux. En plus d'un salaire confortable et d'un logement de fonction, Noisette dispose d'un avantage considérable : la possibilité de vendre à son profit les plantes en surnombre. Au cours des années, ce qui était une activité annexe prend de plus en plus d'importance au risque de voir le jardin botanique appauvri de ses espèce les plus intéressantes au profit de plantations plus rentables6. En effet, la partie nord de l'enclos est consacrée à l'activité botanique alors que la partie sud est affermée.

C'est finalement en 1829 que le jardin est ouvert au public, tout au moins sa partie haute. Il est cependant fermé le dimanche et jours de fêtes, ce qui ne manque pas de soulever des protestations de la part des nantais. La possibilité confiée à Noisette de mener des activités commerciales au sein du jardin semble avoir été la principale raison de la dégradation des relations entre le directeur du Jardin et la municipalité. En 1833, une commission est nommée pour régler les conflits entre les deux parties et, malgré quelques solutions provisoires, la ville décide finalement de ne pas reconduire Noisette dans ses fonctions de directeur. L'administration du Jardin des plantes est complètement revue suite au rapport rendu au maire Ferdinand Favre par une commission de surveillance en juin 1835. C'est finalement en septembre 1835 qu'Antoine Noisette quitte la direction du jardin, non sans avoir obtenu que son fils Dominique soit nommé jardinier en chef.

C'est cependant le titulaire de la nouvelle chaire de botanique qui vient marquer de son empreinte l'histoire du Jardin des plantes.

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Nantes est une commune française de l'ouest de la France, située au sud du massif armoricain, qui s'étend sur les rives de la Loire, à 50 km de l'océan Atlantique. Chef-lieu du département de la Loire-Atlantique et préfecture de région des Pays de la Loire, elle est l'élément central de la communauté urbaine Nantes Métropole forte de près de 600 000 habitants. Associée à l’agglomération de Saint-Nazaire, son avant-port sur l'estuaire de la Loire, celle-ci constitue aujourd'hui la métropole du Grand Ouest français. Labellisée ville d'art et d'histoire, Nantes est en 2008 la sixième commune la plus peuplée de France avec ses 283-288 habitants, et la première commune, en termes d'habitants, tant de la région Pays de la Loire que de l'Ouest.

- Wiki
Ballon I
Ballon II
Island
Cloud front I
Cloud front II
Tablet view
Mobile view